Discours du président Alpha Condé lors de l'inauguration du pont Kaka à Coyah...Des promesses encore des promesses

16/6/2017

« Coyah, il ne suffit pas seulement de faire une route 2x4 jusqu’à Kouria. Et les gens de Kindia ? Notre objectif est de faire l’autoroute jusqu’à Kindia dans un premier temps, ensuite jusqu’à Mamou. Parce que sur la route Conakry-Kindia-Mamou, il y a trop de virages qui favorisent aussi les accidents. Si nous voulons améliorer la circulation, il faut change cela. S’il plaît à Dieu c’est l’objectif du Gouvernement. S’il plaît à Dieu, j’ai pris l’engagement que dans deux ans, on n’importera plus le riz à condition que vous acceptiez de cultiver. Moi-même j’ai donné l’exemple en envoyant un tracteur à Dubreka. Je vais cultiver 400 hectares à Dubreka, 400 hectares à Mandiana. Je vais obliger les préfets ; les gouverneurs et les généraux à cultiver aussi. Le génie militaire va cultiver 600 hectares à Mandiana, Dinguiraye et à Koba. Parce qu’importer le riz nous coûte cher en devise et ça augmente le prix. Les guinéens préfèrent le Barabara (riz local) au riz importé. Ensuite le paysan, s’il produit le riz pour sa consommation, ça ne lui permet pas d’avoir de l’argent pour amener ses enfants à l’école et construire. C’est pourquoi nous avons lancé les cultures d’exportations (…). Nous allons aussi développer l’exportation des mangues. La Guinée produit 100.000 tonnes de mangues, on exporte que 1000 tonnes. Tout le reste est pourri. Nous allons faire un hangar frigorifique à Dabonya et à Kankan qui peuvent toutes les six semaines avoir 3000 tonnes de mangues afin qu’elles ne pourrissent plus. Les mangues guinéennes sont parmi les meilleures du monde mais si on ne peut pas les exporter ça ne peut pas aller. Nous voulons non seulement cultiver, mais aussi transformer nos produits sur le plan local car l’Ebola nous a donné une leçon. (…)D’ici cinq ans, nous voulons qu’il n’y ait plus de maisons qui ressemblent à des taudis et que quand on rentre à Coyah, qu’on pense qu’on est rentré dans une ville américaine ou française. Mais cela ne peut pas se faire sans travail. Il faut qu’on accepte de travailler et être disciplinés en respectant les lois ».

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a été envoyé!
Merci pour votre intéręt.