Exclusif : la CENI au bord de l’implosion, la destitution de Bakary Fofana en cours

16/6/2017
Lien Web

Alors que l’opposition menace de reprendre ses manifestations de rue pour exiger l’organisation des élections locales, l’institution électorale est au bord de l’implosion. Si rien n’est fait d’ici le lundi prochain, la CENI pourrait déclencher le processus de destitution de son président, Bakary Fofana, en recourant à l’article 17. Mais comment et pourquoi en est-on arrivé là ? Selon nos sources, tout aurait commencé la semaine dernière, lorsque la CENI se serait retrouvée en plénière pour revoir certains dysfonctionnements internes liés à la gestion des ressources financières. A l’unanimité, les commissaires se seraient entendus de mettre en place une commission chargée de la trésorerie, laquelle ne grignoterait pas les prérogatives du président en sa qualité d’ordonnateur de l’institution. L’objectif recherché serait qu’une décision collégiale soit prise si l’argent tombait demain dans les caisses de la CENI. Mais comme il se faisait tard sans compromis, les commissaires auraient promis de se retrouver ce jeudi pour approfondir les discussions en vue de trouver une solution. Curieusement, quand la question a été posée cet après-midi, tous les 19 commissaires présents auraient dit « oui » pour la création d’une commission de trésorerie. Tout le monde sauf Bakary Fofana, qui aurait dit non, non et non. Pour lui, une telle commission serait illégale en vertu d’une série d’articles qu’il aurait cités. Comme le climat se crispait dans la salle, certains commissaires auraient claqué la porte. Aussitôt, ils ont été suivis par une frange importante de la CENI sans crier gare. En conséquence, les frondeurs auraient promis de rédiger une lettre pour le bureau de la CENI. « Si jamais, ils ne reviennent pas à des meilleurs sentiments, nous allons appliquer l’article 17. C’est-à-dire demander le départ du bureau. Cela est clair, net et précis. Aujourd’hui, la collaboration est telle qu’on ne peut plus travailler avec lui. On va déclencher le processus de sa destitution », ont dit des frondeurs. D’autres commissaires contactés par Guinéenews ont confirmé le malaise qui prévaut à la CENI mais ils pensent qu’une solution sera trouvée la semaine prochaine. Toutes ces infos auraient été infirmées ou confirmées si Bakary Fofana décrochait la presse ou organisait une conférence de presse. Mais comme Allah n’est pas obligé, titre du roman de l’écrivain ivoirien, feu Ahmadou Kourouma, Bakary Fofana, non plus, n’est pas obligé. http://guineenews.org/exclusif-ceni-bord-de-limplosion-destitution-de-bakary-fofana-cours/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.