L’Afrique, eldorado des « fake news »

15/6/2017

Si vous avez cru à la mort de Joseh Kabila, voulu acheter une pyramide ou pensé que Donald Trump avait une dent particulière contre les Nigérians, vous devez déjà le savoir : l’Afrique est LE continent des « fake news ». Petit florilège de fausses nouvelles. L’arrivée de Donald Trump dans le paysage politique américain puis à la Maison blanche a fait de la fake news le phénomène de l’année 2016 et, au train où va le président américain, cela pourrait bien continuer en 2017. Mais faut-il obligatoirement s’intéresser à Trump ou à la Russie pour profiter de ces entorses faites à la vérité ? Le continent africain produit lui aussi son lot de fausses nouvelles. En voici quelques exemples. Un classique : « Bouteflika est mort » Si vous n’avez jamais croisé cette fausse nouvelle, c’est que vous ne suivez pas l’actualité algérienne. On ne compte plus le nombre de fois où Abdelaziz Bouteflika a été annoncé mort, en particulier depuis novembre 2005. Le 16 de ce mois, le chef de l’État était évacué pour raisons de santé vers l’hôpital du Val-de-Grâce, à Paris, à cause d’un ulcère hémorragique. La machine à rumeurs se met alors en marche, relayée par certaines chaînes de télévision. L’absence de communication officielle laisse place à la spéculation. Le président serait atteint de polykystose, il aurait un cancer, il serait même décédé d’après certains. Mais « Boutef » est bien vivant, comme ce sera le cas lors des multiples autres annonces de sa mort. Voyager sans visa de la Tunisie aux États-Unis Début mars 2017, plusieurs médias tunisiens relayaient un décret soit-disant signé Donald Trump, autorisant les citoyens tunisiens à se rendre aux États-Unis sans visa pour une durée de 180 jours. Étonnant de la part du nouveau président américain. Mais l’information était fausse et trouvait son origine aux États-Unis. C’est en effet le site USA Television qui avait inondé le web d’une série d’articles ayant le titre : Trump signed a visa-free travel policy for residents of… [Trump a signé un décret pour voyager sans visa concernant les résidents de… ], tout en changeant à chaque fois le nom du pays. Le Ghana et le Botswana y sont d’ailleurs également passés. Espérons que des Tunisiens crédules n’aient pas acheté leurs billets pour New-York avant de voir le démenti de l’ambassade américaine… Les fausses photos de l’avion royal marocain Mohamed VI a lui aussi eu sa dose de fausses nouvelles. On l’a annoncé mort, comme ce fut d’ailleurs aussi le cas d’autres personnalités − le président camerounais Paul Biya ou la Première dame congolaise Antoinette Sassou Nguesso −. Dans un registre moins morbide, c’est l’avion du souverain qui a attiré l’attention des internautes marocains, toujours friands de toute information, même suspecte, au sujet de la famille royale. Des sites internet ont présenté début mars des photos de ce qui était censé être le nouvel intérieur de l’avion royal, effectivement réaménagé en Allemagne. Problème : celles-ci étaient fausses. Elles étaient tout simplement tirées du catalogue du constructeur Boeing, dans ses pages destinées aux VIP. Les pyramides égyptiennes à vendre ? Vous pensiez placer vos économies dans la pierre ? Il va falloir trouver autre chose : la rumeur qui courrait en 2013 sur la vente des pyramides égyptiennes, notamment au Qatar, était, elle aussi, fausse. Il s’agissait en réalité d’une moquerie saoudienne concernant les appétits démesurés des Qataris, qui avaient semblé jeter leur dévolu sur le canal de Suez. Si l’information était donc erronée, elle a toutefois bien fait grincer des dents côté égyptien, où l’on n’a que modérément apprécié de voir souligner ainsi le besoin de capitaux frais du pay,s dirigé à l’époque par l’islamiste Mohamed Morsi. La fausse lapidation d’un couple non-marié au Mali L’information a rapidement fait le tour des sites d’information, à partir d’une dépêche de l’AFP, le 17 mai. Dans celle-ci, il était indiqué qu’un couple non-marié avait été lapidé dans le nord du Mali. La lapidation du couple a été annoncée par des élus locaux, selon qui elle avait eu lieu la veille dans la vallée de Taghlit, entre les localités d’Aguelhok et de Tessalit, dans la région de Kidal. La réalité de cette exécution avait été mise en doute sur les réseaux sociaux, mais il faudra attendre le 30 mai pour avoir un démenti. Selon un élu local et une source sécuritaire, aussitôt repris par l’AFP, le couple n’aurait pas été lapidé mais seulement menacé. Les faux conseils de Macky Sall à Joseph Kabila Le journal Le Peuple d’Abord a publié le 8 juin un soi-disant communiqué de la présidence sénégalaise au sujet d’une conversation entre Macky Sall et son homologue congolais Joseph Kabila, sur la situation en RDC. Le Sénégalais aurait notamment conseillé au Congolais d’organiser des élections et, plus ou moins, de quitter le pouvoir. Mais Macky Sall n’a en réalité jamais rencontré Joseph Kabila. La présidence sénégalaise a donc rapidement démenti cette fausse information et condamné une manipulation de l’opinion, tout en se réservant le droit « d’entreprendre toute action ». Dommage pour la twittosphère d’opposition congolaise, semble-t-il à l’origine de cette fake news. L’annonce ratée du gouvernement Macron à la télévision camerounaise Cela aurait pu être le scoop de l’année. Mais non, Adèle Mballa Atangana ne connaissait pas la composition du premier gouvernement d’Emmanuel Macron avant tous les autres journalistes s’intéressant au sujet. En se basant sur les réseaux sociaux, la journaliste de la CRTV avait annoncé qu’Édouard Philippe, le Premier ministre, avait nommé François Bayrou aux Affaires étrangères. Suivaient Jean-Yves Le Drian à la Défense ou Corinne Lepage à l’Éducation. Malheureusement, Matignon et l’Élysée en ont décidé autrement et la directrice de l’information de la télévision nationale camerounaise a donc eu faux sur toute la ligne. Trump veut expulser tous les Nigérians des États-Unis Donald Trump − encore lui − aurait tenu des propos qui ont inquiété de nombreux médias nigérians. Dans une vidéo visionnée plus de 130 000 fois sur YouTube, il aurait estimé que les États-Unis devaient « expulser les Africains ». « Pas les Noirs, les Africains, surtout les Nigérians. Ils sont partout […] et prennent nos emplois », égrènent les sous-titres de la séquence mise en ligne le 17 janvier. Problème : les propos rapportés n’ont jamais été tenus par Donald Trump, ils ont même été publiés pour la première fois par FNN, un site satirique du Nigeria ! Sur la blogosphère nigériane, d’autres site ont même été jusqu’à inventer une fausse réplique du président Muhammadu Buhari, promettant d’expulser en retour tous les Américains du Nigeria.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.