Les communales et communautaires : un scrutin pas comme les autres

1/2/2018

Dans quelques jours, les guinéens vont se rendre aux urnes afin d’élire leurs représentants locaux pour la cinquième fois depuis l'avènement du multipartisme pendant les années 1990. Chaque élection représente une occasion pour le peuple de s'exprimer dans un système représentatif en votant pour le candidat de leur choix. Ainsi, en votant, le peuple espère participer au choix de ses représentants. Dans ce cas, l'élection qui est un principe fondamental de la démocratie est plébiscitée comme étant le symbole de la participation du peuple au gouvernement. Elle permet donc d'assurer aux gouvernants la légitimité politique leur permettant d'exercer un mandat.Mais pendant le régime dictatorial de Lansana conté, ce principe a été bafoué, dans la mesure où il avait la théâtralisation des différentes échéances électorales. Autrement dit, pendant cette période, la démocratie a été piétinée, massacrée, bref la volonté populaire n'a pas été respectée, donc les différentes élections ont été émaillées de fraudes massives. En 2010, un nouvel espoir naissait, et la compétition électorale de cette année fut la plus ouverte en ce sens qu'elle n'a pas connu de président sortant comme candidat. Cependant, celles de 2013 et 2015 n'ont pas répondu aux volontés populaires donc emailées elles aussi de fraudes. Ainsi,nous espérons que les élections à venir seront à la hauteur de l'attente populaire et qu'elles seront libres et transparentes.Les élections du 4 février à venir ont une autre portée dans la mesure où elles permettent de désigner les assemblées des administrateurs locaux, donc à bien des égards, elles constituent un véritable défi à relever pour tout le monde, parce qu'il s'agit de rendre le pouvoir au peuple pour qu'il puisse diriger son destin. Ces élections permettent aussi de mettre fin à l'illégalité des mandats locaux (délégations communales).Par ailleurs, elles permettent surtout à rétablir la confiance du peuple dans son administration au niveau local et dans ses représentants, elles interviennent aussi pour redonner à l’usage du droit électoral local à la fois sa valeur symbolique d'indépendance et de souveraineté des citoyens mais aussi son rôle dans l'instauration d'une véritable démocratie dans la conduite des affaires locales. Ces élections mettent aussi en relief l'importance du renouvellement des institutions populaires locales, donc permettent aux futurs élus locaux de s’impliquer dans le développement local de leurs villes. Bref, elles permettent d'assurer l'enracinement, la consolidation ou le fonctionnement de la démocratie par le bas. Cependant, il serait important de lancer un appel aux différents candidats surtout issus des listes indépendantes de veiller au bon déroulement de ce processus électoral afin d'éviter des cas de fraudes. Sur ce, les règles de bases à observer sont simples. 1- Tous les candidats doivent se battre à connaitre la cartographie des bureaux de voteavant le jour du scrutin selon Article L 71 : du code électoral « Il est créé un Bureau de vote pour mille électeurs au maximum. La liste des bureaux de vote doit faire l’objet d’un Arrêté du Ministre chargé de l’Intérieur, trente jours (30) avant le scrutin. Cet Arrêté est transmis par l’intermédiaire des autorités administratives et aux démembrements de la CENI, aux Maires et aux Présidents des Communautés Rurales de Développement qui en assurent la publication dans la Circonscription Administrative de leur ressort au plus tard huit (8) jours avant les élections ». ceci afin de corriger des anomalies liées à l’éloignement des bureaux de vote pouvant empêcher certains électeurs d’accomplir leurs devoirs civiques. 2- Tous les candidats doivent avoir des représentants dans les différents bureaux de vote de leur circonscription électorale afin de veiller sur la régularité du déroulement duscrutin. A ce propos, l’article L74 est clair : « Les membres du bureau de vote sont responsables de toutes les opérations qui leur sont assignées par la présente loi et la réglementation en vigueur. Les candidats peuvent à leur initiative se faire représenter à ces opérations » Et surtout ces représentants ne doivent pas quitter le bureau de vote pendant le déroulement, ils doivent faire preuve de rigueur et de patience jusqu’au décompte final. 3- A l’ouverture des bureaux, les représentants doivent s’assurer de l’effectivité de tout le matériel de vote, et surtout du caractère indélébile de l’ancre 4- Ils doivent veiller aussi au respect du vote par procuration, car le nombre de procuration par personne est limitée, ceci éviterait des cas de fraudes 5- A la fermeture des bureaux, ils doivent transmettre la photo du procès-verbal signé parles membres le plus rapidement que possible afin de comptabiliser les voies au niveau du siège.Le respect de ces petites règles, permettraient de rendre ce scrutin libre et transparent, doncrendre le pouvoir au peuple.VIVE LA DEMOCRATIE VIVE LA GUINE Sonny Camara sociologue

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.