"je ne travaille ni pour la Haute Guinée, ni pour le Foutah, ni pour la Basse Guinée, ni pour la forêt. Je travaille pour la Guinée et les Guinéens" President Alpha Condé

1/2/2018

"Je suis venu vous dire que l’agriculture, c’est la force de la Guinée. Je vous dis aussi d’avoir confiance en l’avenir de la Guinée. Quand je suis arrivé au pouvoir, on était endetté. Endetté comme un esclave. Nous nous sommes battus, on a fini la dette. Malheureusement, il y a eu l’Ebola. L’Ebola a retardé notre économie. Tout ça, c’est derrière nous aujourd’hui. Aujourd’hui, le gouvernement va avoir les moyens de développer ce pays, je vous le garantis. J’ai dit à Kankan, personne, personne, ni en Guinée, ni dehors, ne pourra empêcher la Guinée d’aller de l’avant. C’est ce que je suis venu vous dire.....Bâ Mamadou était un opposant. Siradiou était un opposant. Jean Marie Doré était un opposant. Ce sont des gens, qui se sont battus. Mais qui se dit opposant aujourd’hui ? Ce sont des gens fabriqués par le pouvoir. Devenus premiers ministres, ils volent, et ils se disent maintenant opposants. Mais demandez-leur qu’est-ce qu’ils ont fait, quand ils étaient premiers ministres, ministres. Ont-ils construits un kilomètre de route à Lola ? (Non, lui dit-on). Ont-ils construit une maison à Lola ? Alors, ce sont ces gens qui vont vous dire : « mauvaise gouvernance, ceci ou cela, votez pour nous ». Mais on les connaît. On les connaît. Ils étaient là.....Vous savez, je suis un homme patient (…). Maintenant, on va dire qui est qui en Guinée pour que les gens sachent qui ils sont. Je dois vous dire, chers guinéens. Et je l’ai dit à Kankan. En 1958, trois pays ont voulu l’indépendance. Le Niger, le Sénégal et la Guinée. Le Niger n’a pas pu. Le Sénégal n’a pas pu. Seule la Guinée a pu. Pourquoi ? Parce qu’on était un pays uni. Il n’y avait pas de problème d’ethnie. On était uni. C’était cela notre force. Alors, si nos grands-pères ont pu obtenir l’indépendance de la Guinée, pourquoi nous, on ne peut pas le faire. Au temps d’Ebola, vous n’alliez pas à Dakar et à Abidjan. Il y avait des peuls au Mali et au Sénégal, mais ils y allaient. Cela doit vous faire comprendre qu’avant d’être de telle ethnie, vous êtes d’abord des Guinéens, des Guinéens. J’ai dit à Kankan que je ne travaille, ni pour la Haute Guinée, ni pour le Foutah, ni pour la Basse Guinée, ni pour la forêt. Je travaille pour la Guinée et les Guinéens. Alors, ne vous laissez pas diviser par ces gens qui ont mis ce pays à terre. Mais demandez-vous, le blanc a posé un chemin de fer Pointe Noire- Brazzaville, ça marche. Abidjan- Ouagadougou ça marche, Dakar- Bamako, ça marche. Où est le chemin de fer Conakry- Kankan ? La Guinée a été le premier pays au Sud du Sahara, après l’Éthiopie, à avoir une compagnie aérienne. Où est parti Air- Guinée. Les usines construites sous la première république, où sont-elles aujourd’hui ? Alors, il ne faut pas que les gens croient que nous buvons par le nez. On ne boit pas par le nez. Jusqu’à présent, je m‘étais occupé à développer le pays. Mais on dit que quand tu danses un aveugle, il faut le piétiner pour qu’il sache qu’il n’est pas seul. Alors, nous allons montrez à la jeunesse, qui ne connaît pas le passé, qui sont ces gens, qui viennent vous mentir. Je demande à la jeunesse de faire confiance au gouvernement" Source:Guinéenews.org

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a été envoyé!
Merci pour votre intérêt.