Libre opinion:Le diagnostic d'un sociologue sur la défaillance du système éducatif guinéen

8/9/2017

L'éducation est le poumon de toute société, car, elle donne une orientation pour le futur en fonction des besoins sociétaux. Dans cette éducation, l’école doit être l’élément principal pour mieux former les générations futures, donc, une sorte de moule dans lequel l’état met ses enfants afin de leur donner une certaine forme ou formation et d'en faire de braves citoyens. Autrement dit, elle est le reflet de la société et de son évolution. selon Jules Ferry « c'est de l’instruction que n’ait la grandeur des nations »...dans le même ordre d’idées, la dernière commission de réflexion sur notre système éducatif, a aussi mis l'accent sur l'importance de l’école dans la vie de toute société;Pour la commission « lorsque les populations laborieuses de Guinée se lèvent tôt pour préparer leurs enfants et les conduire à l’école, et se couchent tard pour surveiller leurs devoirs, elles espèrent qu'à l’école, leurs enfants apprennent à lire, à écrire, à compter et à parler en français, lorsque les populations se serrent la ceinture et utilisent leurs maigres ressources pour acheter des fournitures, payer des répétiteurs et considèrent tous les sacrifices acceptables pour leurs enfants, c'est dans l’espoir d'une formation de qualité qui débouche sur l’accès à un emploi décent conforme aux ambitions familiales et aux investissements consentis. » Autrement dit, l'exercice du métier d'enseignant ou l'importance de l’école n'est pas une sinécure, partout il demande de grands efforts, car la tache qui incombe aux enseignants (celle de former des femmes et des hommes de demain) et le rôle que doit jouer l’école dans la socialisation d’un individu sont parmi les tache les plus importantes dans toute société, Ainsi, peut-on dire que cette importance n'est plus à démontrer puisqu'elle est un fait irréfragable, pour toute société qui veut s’engager dans le processus d’un développement intégral,l’éducation demeure la méthode fondamentale du progrès de la reforme sociale et économique. Dans cette optique,le système éducatif constitue un élément important dans la problématique de développement économique et social. La Guinée ne constitue évidement pas une exception. Mais en Guinée, depuis belles lurettes, le système éducatif traverse de très graves crises ponctuées par des défaillances à tous les niveaux, depuis la maternelle en passant par le primaire jusqu'au secondaire et le supérieur. Par ailleurs, pour expliquer ces défaillances, deux paradigmes sont généralement mis en relief, en d’autres termes, deux théories : Internalisme et Externalisme. Pour les tenants de la théorie internaliste, la réussite ou l’échec de l’élève serait dû aux facteurs internes à l’école dont entre autre : le système mise en place par l’état, le niveau de compétence des enseignants... Par contre, pour les tenants de la théorie externaliste, la réussite ou l’échec de l’élève s'expliquerait par des facteurs externes à l’école comme « l’autorité parentale ». En analysant de plus près le cas guinéen, je m'inscris dans la théorie fonctionnaliste selon laquelle chaque élément dans une société remplit une certaine fonction à la survie de l'ensemble, autrement dit, les défaillances de notre système éducatif s'expliqueraient à la fois par des facteurs externes et internes à l’école. Les facteurs internes concernent le délitement de l’état dans ce domaine. Ce délitement est du à un manque d'infrastructures adéquates, une inadéquation entre les programmes enseignés et les besoins de la société. A ces deux facteurs, il y a aussi le niveau des formateurs et leur mode de recrutement qui peuvent être questionnés en ce sens que le niveau des élèves devient de plus en plus bas( les derniers résultats du baccalauréat 2017 en font foi). Mieux, la corruption, le marchandisage des notes se sont naturalisés dans nos écoles et universités ce qui tire le système vers le bas. Quand aux facteurs externes à l’école, ils touchent du doigt le rôle des parents d’élève dans l’encadrement de leurs enfants, car, de nos jours, la démission des familles( nucléaires ou étendues) est un véritable problème dans notre société et qui peut être un handicap dans la socialisation primaire de l'enfant. Que faut-il faire pour résoudre cette problématique ?? le premier niveau concerne l’état qui doit refonder totalement le système éducatif en allouant un budget conséquent pour la construction des infrastructures adéquates, la reformulation des programmes d'enseignement, mais aussi la valorisation du métier d'enseignant. Il doit aussi encourager la méritocratie en mettant en place un système sélectif efficace.Autrement dit assurer la socialisation secondaire. Le deuxième niveau concerne les familles qui doivent eux aussi pleinement remplir leurs devoirs dans la socialisation primaire des enfants: dont l’éducation scolaire. VIVE L'ECOLE VIVE LA GUINÉE!!! SONNY CAMAR : sonnycamar@yahoo,fr

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.
Menu

Contact Us

Votre message a été envoyé!
Merci pour votre intéręt.